Catégorie : BIEN-ÊTRE

TENDANCE : LE PARFUM SOLIDE SABE MASSON PAR LA CREATRICE DE SEPHORA

Dans une boutique lumineuse, calme, et spécialement conçue pour accueillir ses créations,  Isabelle Masson en personne et son équipe nous ont accueillies pour nous faire découvrir Sabe Masson, LA marque de parfums solides pour hommes & femmes à porter toujours avec soi.

Co-créatrice de Sephora en 1996 (date d’ouverture de la boutique sur les Champs-Elysées) pour vendre l’enseigne 6 mois plus tard à LVMH, elle décide en 2005 de se lancer un nouveau défi avec l’ouverture de « Crazy libellule and the poppies ». L’idée est de travailler la concrète de parfum, ancêtre du parfum classique datant d il y a plus de 4000 ans. Elle imagine ses parfums solides, en composant des collections aux fragrances variées et au design poétique. Présentés en stick, la forme s’inspire des rouges à lèvres et entre dans le sac des femmes. Un nouveau geste de beauté.

« Crazy libellule and the poppies » devient numéro 1 du parfum en stick et obtient quatre prix de l’innovation.

► #SabeMasson innove avec un « soft perfume » à l’univers atypique.

Toujours avec le même amour du parfum, Isabelle Masson créée aujourd’hui Sabe Masson. Sans la moindre trace d’alcool ni de parabène, les Softs Perfumes peuvent ainsi s’appliquer partout sur le corps : aussi bien sur le visage que dans le cou, sur les poignets, les genoux, les tempes… Partout où ils vont réagir à la chaleur de la peau. Parmi les 16 fragances de la gamme, j’ai eu plusieurs coups de coeur dont Macadam Paz – l’odeur de musc a toujours été ma faiblesse – J’aime aussi la chaleur poudrée de Parisian Rhapsody et Georges et moi, l’un des best-seller.

► #SabeMasson, un parfum solide au prix tout doux

Lorsque l’on pense parfum, on pense presque toujours luxe – mais ce n’est pas le cas chez Sabé Masson, au contraire ! Malgré le design travaillé (du logo aux packagings, tous les éléments graphiques ont été imaginés par Isabelle Masson puis réalisés par un illustrateur), les prix sont tout doux. Comptez seulement 22 euros le Soft Perfume ! A ce prix là, vous pourrez aisément tous les tester !

► Le parfum solide n’est pas encore rentré dans les mœurs… Un jour peut-être ? 

Le parfum solide n’est pas encore totalement rentré dans les mœurs tout comme la superposition de plusieurs parfums sur sa peau (ce que permet Sabe Masson.) La plupart des consommateurs conservent une manière très conventionnelle de se parfumer. L’éducation au parfum est entièrement à construire. « Le monde olfactif est un monde d’apprentissage et de pédagogie. »

En attendant cette liberté dans la manière de se parfumer, quatre fragrances sont en préparation dont un Oud, qui manquait au catalogue. Cette note est très demandée notamment par la clientèle Moyen-Orientale. Mais restant fidèle à sa démarche et ses valeurs, Sabé Masson l’affirme « il faudra que ce Oud soit en parfaite cohérence avec les autres parfums de la marque. Tant qu’il ne le sera pas, il ne sortira pas. Je veux que nous ayons d’abord une démarche créative, pas commerciale. »

Sabé Masson La Maison du Soft Perfume, 4 rue de Franche Comté 75003 Paris. Tél. : +33 (0) 177 110 822. Boutique ouverte du lundi au samedi de 10h30 à 19h30. contact@sabemasson.com et www.sabemasson.com.

Retrouvez la liste des points de vente sur ce lien : https://www.sabemasson.com/stores/

Alors, vous vous laisseriez tenter ?

MY INSTAGRAM / FACEBOOK TWITTER / PINTEREST

Dans mes montagnes

14067484_10154388453691753_3832880898279417459_n

Jeudi matin j’ai ouvert les yeux sur la lumière estivale de Paris. Les températures étaient – originalement – très douces. Chaque année, c’est la même chose. Bien avant la Floride, bien avant Hong Kong aussi, je décidais de sécher Serralongue pour l’été à venir, mais toujours je m’y retrouvais. 2016, c’est pareil. Il a suffit d’un rêve un peu trop lointain, d’un appel trop fort de la nature, de quelques souvenirs si embellis par la force du temps, pour que je change d’avis. Serralongue fut avec moi. Les montagnes de mon enfance aussi. Comme chaque année alors, je me suis replongée en famille dans les albums – ces personnages en noir & blanc, à Saïgon et ailleurs – dans la construction de la maison en 1890 – Partout, je l’ai vu, ce grand-père chéri – Et puis j’ai consommé les apéritifs en famille avec le même plaisir. Les lendemains sont identiques dans les petits villages, dans le mien en tout cas. Quelques verres de trop rougissent un peu plus les visages d’une année sur l’autre, des petites ridules apparaissent, les jeunes passent de 1 à 2, puis 3. Personne ne part, jamais. Sinon vers l’au-delà. Cette maison me murmure à chaque fois « respire, ce n’est pas grave », m’aide à faire le point sur le passé – à appréhender le futur – Elle est toujours là. Elle et les spécialités locales, elle qui nous a vu depuis 5 générations naître, grandir, sourire, pleurer, sortir, manger, hurler de rire, danser, aimer, à la folie. De cette maison, je garde tout. Je garde l’exaltation des sens et la grande hâte de revoir celui que j’ai aimé pour la première fois. Je garde les retrouvailles entre copines, les tags sur les arbres, les parties de pétanque et les balancoires. Je garde tant de chansons, des clips montés à la vieille caméra et des photos en relief qui immortalisent quelques-unes des plus belles tranches de vie. Je garde les bals de village, les plus belles tenues et les vieux habits des années 30 qui servent de déguisement. Je garde les « chuuut », les jumelles que l’on se passe de main en main pour observer, les plus grands drames familiaux et la complicité des soeurs, bien après la bataille. Je garde tous ces mots que je m’écrivais d’une année sur l’autre pour les retrouver et faire le point. Je garde les barbecues, les fleurs, les abeilles qui nous font hurler en fermant la bouche, les grimaces, les jeux, les parties de cache-cache, les attentions qui ont fait naître une toute nouvelle manière de dire notre complicité malgré les kilomètres qui nous séparaient l’année scolaire.

Je garde mon Conjurador que j’ai décidé de vous montrer dans cet article.

Je garde tous ces petits riens qui représentent tellement, tellement pour moi.

14079927_1172356696157877_680378088934070483_n

serralongue

montagnes

village

sud de la france

look estival blog mode

14037672_10154389517591753_1046588352_o 2

look chapeau

Robe : Zara (ancienne collection) – Chapeau : Vintage – Chaussures Asos – Montre Kapten & Son

Si vous avez une maison de famille dans un village ou ailleurs, vous savez de quoi je parle…

 MY INSTAGRAM / FACEBOOK TWITTER / PINTEREST

 

Spa du Mandarin Oriental : une parenthèse de tendresse

paris-spa-pool

Aussi étonnant que cela puisse paraître, je suis (du moins j’étais) cette fille qui n’aimait pas les massages… mais genre pas du tout. J’ai un métabolisme assez fragile, je ne supporte pas l’idée de me laisser tripoter par un/une inconnu(e) et j’ai un véritable problème avec le lâcher prise… Depuis toute petite, les médecins ont beaucoup de mal à m’osculter et avoir vécu à Hong Kong n’a pas arrangé les choses… Pourquoi cela…? Je vous vois déjà demander. Wait a minute… Je vais vous expliquer.

Vous le savez peut-être mais à Hong Kong, comme dans toute l’Asie (en Thaïlande par exemple), si il y a bien un service bon marché, c’est celui du massage ! À chaque coin de rue, vous pouvez trouver des salons proposant des massages de 30 minutes à 2h pour quelques HKD seulement… Un luxe dont beaucoup de filles et garçons usent et abusent… un luxe qui m’a fait reconsidérer mon cas : après tout, pouquoi pas moi ? C’est ainsi qu’il y a déjà plus de 2 ans, j’ai décidé d’accompagner une amie pour une séance de torture que je ne serai pas prête d’oublier… La masseuse (ne comprenant pas un mot d’anglais) m’a littéralement « broyé » le corps durant 30 minutes malgré mes signes et mes soupirs pour la faire arrêter. Résultat : je suis ressortie le cou bloqué avec comme unique sentiment celui de la douleur et de l’exaspération… Depuis cet épisode, je vous laisse deviner que je ne me suis plus JAMAIS retrouvée sur une quelconque table de massage… jusqu’à ce jour. Ce jour du 16 décembre 2015 dans le spa du Mandarin Oriental, à Paris.

mandarin_oriental

Vous n’êtes pas sans savoir (si vous me suivez par ) que j’ai rejoint le joli collectif de blogueuses voyageuses : TEAM PAILLETTES ! Avec lui, on m’invite à tester des supers concepts et de sublimes endroits… le dernier en date était donc ce spa  que j’ai accepté comme un défi… Peut-être qu’entre des mains expertes d’un établissement à renommée internationale, j’allais enfin apprécier le moment sans paniquer et trembler à chaque pression un peu plus forte ! LE VERDICT ARRIVE…

Déjà, au Mandarin, ce qu’il y a de vraiment bien, c’est que vous êtes pris en charge avec un service ultra personnalisé : une hôtesse vous propose de répondre à un questionnaire afin de connaître vos préférences, vos parfums préférés, vos éventuelles allergies… En fonction de vos réponses, une huile / voire deux vont sont attribuées et vous êtes conduite dans votre suite, une suite sans flûte de pan en guise de musique d’ambiance… car au Mandarin, on prône le silence.

Après un tour rapide des (sublimes) lieux, je me suis allongée en fermant les yeux… Bien sûr j’ai un peu tremblé et mon corps s’est un peu contracté mais ce que je retiens de cette parenthèse de tendresse, c’est l’apaisement que j’ai ressenti au bout de quelques minutes… Du jamais vu. Pour la première fois de ma vie, je me suis presque endormie, pour la première fois de ma vie, j’ai réussi à lâcher prise en confiant mon corps aux mains d’une inconnue, pour la première fois de ma vie je me suis laisse allée à des pensées autres que Elle va me faire mal si elle continue à faire des mouvements cycliques sur mon dos comme ça, pour la première fois de ma vie, je me suis sentie parfaitement écoutée, et comprise. Si bien que quand ma masseuse à sonné le « gong » de la fin, j’aurais bien voulu que cet instant de volupté dure encore… Lorsque j’ai ouvert les yeux, cette dernière m’a tendu un petit carton m’invitant à m’étirer délicatement avant ma dernière surprise… cette dernière était gustative. Une pâtisserie Thierry Marx et quelques fruits frais m’attendaient de l’autre côté de la salle…

paris-spa-suite-double

En quelques mots pour finir, je peux vous dire que si vous cherchez un massage d’exception pour vous ou pour bichonner l’un de vos proches, pensez à celui du Mandarin Oriental : certes, il faut y mettre le prix – comptez 250 ou 370€ les soins signature de 1h30 et 2h20 (280 ou 400€ le week-end) – mais je préfère, et de loin, m’offrir un soin de qualité de temps en temps plutôt que plusieurs massages moins efficaces / agréables / exceptionnels.

MY INSTAGRAM / FACEBOOK / TWITTER / PINTEREST

Swann Hostein ou l’invitation au voyage…

swan-fev2015port

Ça sonne comme le vent et la légèreté.

Ça sonne comme la brise qui nous traverse les soirs d’été. Ça sonne comme la magie, celle des voyages et du dépaysement qui me connaît, jamais trop souvent. Swann.

Swann Hostein vit en Principauté de Monaco. Elle y crée il y a deux ans sa marque qui porte son nom. Swann est curieuse, itinérante, nomade, passionnée par les voyages, les découvertes, les rencontres. Swann prend la route, le train, l’avion, parle plusieurs langues et remplit sa boîte de souvenirs. Souvenirs rapportés d’Inde, de Chine, du Japon, de France reculée, du monde… Lorsque hier soir, j’ai été invitée à pénétrer dans sa cave aux trésors venus d’ailleurs, c’est bouche bée que je suis restée. Au fil de ses explications, je me suis perdue avec elle dans un univers que j’aime, vous le savez, celui de l’ouverture sur les cultures et de la prise de risque dont on sort grandi.

Après une collection estivale aux inspirations japonaises, faite de soies aquarellées et de foulards transformables à l’envi, l’hiver 2015/16 s’annonce sous le signe de la grâce et de l’élégance… Composée de cols, foulards, capes et capuches, la nouvelle collection Swann Hostein se révèle contemporaine et citadine (inspirée par les couleurs et les paysages traversés par les flux d’oiseaux migrateurs à travers le monde…) Swann a fait de chaque pièce des modèles sélectifs, voire exclusifs.

« Les petits cols réversibles, comme les grandes pièces, associent fourrures et python, cuir et tweed. L’orylag continue de séduire, en vert émeraude, bleu nuit ou rouille. Les imprimés s’inspirent des teintes saturées de l’automne, mariés aux plumes sauvages et autres accessoires bruts. Capes et capuches forcent le charme, entre soies, rubans gracieux, épaulettes de verre et d’insolents imprimés. Dans cette démesure, la fourrure est reine et la couleur ne lui refuse rien. »

Porter Swann, c’est porter l’ailleurs sur soi, c’est porter la délicatesse, c’est s’évader de son quotidien pour se projeter en des lieux privés et mystérieux, à des kilomètres de ce que l’on nomme : chez-soi.

Et si vous commenciez à préparer vos cadeaux de Noël avec elle ?

Vous pouvez retrouver Swann en ligne sur son eshop ou dans ses deux boutiques en France :

PIERRE

41 Rue Grimaldi, 98000 Monte-Carlo

Et

SIDONIE LARIZZI

15 Rue Clément Marot, 75008 Paris

swann-hostein

12120037_585562381592155_7619786560871115235_o

12182490_592210654260661_7462442360421481059_o

 MY INSTAGRAM / FACEBOOK TWITTER / PINTEREST

[TEST] Ma Crème Sur Mesure Dr Pierre Ricaud

ma creme sur mesure dr pierre ricaud

C’est l’histoire d’une crème 100% personnalisable.

C’est l’histoire d’un petit mail reçu au milieu de quelques uns qui font du bien, c’est l’histoire d’une invitation à découvrir des produits de beauté, non, des soins, non, des dermo-cosmétiques, et puis du maquillage aussi… Enfin, des choses qui touchent à la beauté quoi. Vous savez bien, si vous me lisez, que je suis loin d’être spécialisée dans ce domaine. Je vous demanderais donc d’être indulgente lors de ce petit (et très agréable) report de soirée…

Cette soirée, c’est celle de Pierre Ricaud (appartenant au groupe Yves Rocher). Lorsque Anna m’a invitée à découvrir la marque et à créer ma crème sur mesure en exclusivité, c’est avec joie (et étonnement) que j’ai accepté… Après tout, pourquoi pas en changer, moi qui n’ai jamais osé. En effet, souvent trop chers pour moi, j’ai toujours laissé les nombreux produits de beauté aux bloggeuses spécialisées. Et puis avec ma peau souffrant d’acné depuis mon arrivée à Hong Kong, seules les crèmes Avène me paraissaient adaptées… Mais finalement cette fois-ci, puisque l’on me le propose, pourquoi ne pas me laisser tenter par la crème sur mesure du Dr Pierre Ricaud ? Pour être honnête avec vous, je ne savais même pas que l’on pouvait désormais créer un soin soi-même… C’est ça la magie du blogging : en apprendre tous les jours ! Merci bébé blog, merci 2015 et ses progrès !

Avant de vous parler de ma nouvelle crème personnalisée, j’ai une petite question pour vous, connaissiez-vous Dr Pierre Ricaud ? Moi non. J’ai donc appris que depuis 29 ans (30 ans en 2016, ça se fête !), la marque est experte de la beauté sur-mesure ! Avec des soins fabriqués et distribués sans intermédiaire, la marque respecte une approche éthique et sécurisante de la beauté, depuis la sélection des actifs jusqu’au produit final. Et depuis peu… grande nouveauté : Dr Pierre Ricaud lance la 1ère offre de beauté individualisée avec MaCrèmeSurMesure©, une crème rien que pour sa peau, réalisée grâce à un diagnostic personnalisé de huit questions.

Je vous donne donc rendez-vous ici pour réaliser votre diagnostic en ligne et découvrir la crème qui vous correspond. Vos réponses permettront à Dr Pierre Ricaud d’identifier votre base et les 3 concentrés d’actifs qui correspondent parfaitement aux besoins de votre peau…

Je peux vous dire qu’après une petite semaine de test, je suis ravie de ma jolie crème que j’ai décidé d’appliquer simplement le soir. (Le matin, je garde ma petite Hydrance d’Avène qui ne m’a jamais déçue.) Au réveil, la peau de mon visage est reposée, mes ridules de fatigue sont moins visibles et son application est un bonheur !

Allez, trêve de blabla beauté, je vous laisse faire votre diagnostic… Vous me tenez informée si vous l’essayez ?

MY INSTAGRAM / FACEBOOK TWITTER / PINTEREST

Le lissage brésilien, 6 mois après

Mes cheveux AVANT le Lissage brésilien

A post shared by Laura – Voyage & Art de Vivre (@laufromparis) on

Qui n’a jamais rêvé d’avoir les cheveux nourris, lisses et brillants ?

Allez, avouez les filles, vos frisottis, vos épis, vos mèches rebelles qui vous font perdre un temps fou le matin devant votre miroir, vous les haïssez. Vos batailles à coups de plaque, vous les redoutez. En tout cas, pour ma part, c’était le cas depuis des années : quelques gouttes de pluie et une coiffure qui ne tient plus, une sortie en mer et une tignasse impossible à démêler. Et puis les balayages que j’enchaînais qui rendaient mes cheveux secs et cassants… sans parler de l’exceptionnel taux d’humidité à Hong Kong. Il m’est arrivé à plusieurs reprises d’avoir franchement honte de ces cheveux que je ne reconnaissais plus… J’ai du envisager une solution : Un jour, j’aurai la chevelure dont je rêve, même avec mon blond de bébé, même par jour de pluie, même sur un bateau en dansant. C’est obligatoire.

Cette solution, c’est ma mère qui a commencé à m’en parler. – « Un soin hydratant ? Un soin hydratant à la kératine ultra-naturel permettant de gainer le cheveu ? Un soin hydratant qui rend les cheveux brillants et non-fragilisés en prime ? » – « Oui oui, Madame ! » « Mais, je ne veux pas que mes cheveux soient raides comme des baguettes non plus… Je veux garder ma nature. » Vous l’avez peut-être compris, j’avais en tête le lissage japonais. Ce lissage qui a pour but de lisser vos cheveux définitivement pendant 8 mois selon la repousse de vos cheveux. Le lissage brésilien est avant tout un soin qui n’a rien à voir. C’est donc avec les recommandations de ma mère et en mémoire la chevelure parfaite de mon amie Imane que j’ai pris la direction de mon salon Franck Provost. C’est décidé, je change de tête !

Arrivée à 15h au salon Franck Provost à Sceaux, je suis sereine, prête à laisser ma tête entre les mains de Séverine, spécialiste du « lissage brésilien ». On commence par un bon shampoing clarifiant, 2 fois de suite pour préparer mes cheveux à recevoir la kératine et à absorber le maximum d’actifs possible.

La première application du shampoing permet de nettoyer parfaitement ma fibre capillaire et de la débarrasser de tout résidu de produit coiffant, silicone (qui forme une barrière sur les écailles qui pourrait empêcher la pénétration des actifs), sébum, poussière, pollution.

Une fois mon cheveu propre, la seconde application du shampoing permet d’ouvrir les écailles de la cuticule de mes cheveux : c’est le ph basique du shampoing qui provoque un soulèvement des écailles.

Plus d’une heure après, les cheveux rincés, me voilà fin prête à recevoir ma kératine. Séverine m’applique mèche à mèche le traitement… Moi, l’impatiente, je ne vois plus la fin de ce passage qui me semble interminable. Heureusement, Séverine est d’une pêche incroyable, on rigole en se racontant nos vies… Merci Séverine !

Une fois le traitement appliqué sur toute la chevelure, mouillée, je dois attendre 30 minutes le temps que le produit agisse et pénètre ma fibre capillaire… J’en profite pour pianoter sur Instagram… une petite appréhension me traverse l’esprit… Et si le lissage ne durait pas ? Et si le lissage détruisait mes cheveux ? Je fais pars de mes craintes à Séverine qui les calme aussitôt en m’expliquant que cela est impossible. La kératine qu’elle utilise est en effet un produit composé de vraie Kératine concentrée sans mélange d’où sa dénomination : « vraie kératine » contrairement à la plupart des kératines de synthèses présentes sur le marché… Je lui fais confiance, et je peux. Une fois complètement secs, mes cheveux sont lissés, mèche à mèche avec un lisseur de qualité professionnelle. Cette étape est la plus importante car c’est la très haute température du lisseur (de 190 à 230 degrés) qui va permettre à la kératine de rentrer dans la fibre. Clairement, cette étape est celle que je redoute le plus. La sensation n’est pas très agréable avec l’impression que l’on « agresse » mes cheveux.

À ce stade, l’application est terminée. Certains coiffeurs vous recommanderont de ne pas vous laver les cheveux durant durant 48 à 72 heures. D’autres vous les laveront immédiatement après, le cas de Séverine.

Quels résultats sur mes cheveux ?

Mon premier lissage, réalisé début janvier a tenu parfaitement jusqu’au mois d’avril, sans ternir mon balayage blond comme je le craignais. J’ai fait mon second lissage lorsque je suis rentrée d’Hong Kong mi-avril. Mes cheveux ne contiennent plus de nœuds, je me les coiffe facilement lorsqu’ils sont mouillés, ils ne frisent plus lorsque le temps est humide, je n’ai pas besoin d’utiliser les plaques tous les jours et je gagne un temps fou le matin !

Mes cheveux APRÈS le Lissage brésilien

A post shared by Laura – Voyage & Art de Vivre (@laufromparis) on

Pour vous, cheveux colorés / méchés / décolorés…

D’expérience, je vous recommande de faire votre couleur (vos mèches ou votre balayage) minimum 10 jours avant votre lissage, pour que les pigments aient le temps de s’installer. Si vous ne respectez pas ce délai, cette dernière risquerait de virer et de devenir plus foncée. Il faudrait vous re-patiner les cheveux ensuite… Ce serait bête 😉

Et le prix dans tout ça ? 

Il faut le savoir, vous trouverez des lissages brésiliens à tous les prix. Mais le véritable prix d’un lissage brésilien n’est pas en dessous de 150 euros. Ce dernier varie en fonction de l’épaisseur et de la longueur du cheveu. Le soin à la kératine est un produit qui coûte cher, il est donc normal que cette prestation ne soit pas donnée. Ne vous arrêtez pas à certains salons de coiffure qui proposent des prix bien inférieurs, c’est que les produits utilisés sont de mauvaise qualité.

Où faire un lissage brésilien à Paris ? 

Moi, je le fais dans mon salon Franck Provost à Sceaux (92). Demandez Séverine !

Il existe d’autres très bonnes adresses à Paris dont celle recommandée par Capucine du blog Babillages : le salon de coiffure 58.

N’hésitez pas si vous en avez d’autres 🙂

Où trouver les bons produits ? 

Les miens sont de la marque Babyliss, n’hésitez pas à aller jeter un oeil sur cet article !

 MY INSTAGRAM / FACEBOOK TWITTER / PINTEREST

[TEST] La lingerie Simone Pérèle

Comme promis dans mon précédent article, parlons fille, parlons girly, parlons beauté, parlons lingerie et enfin parlons Simone Pérèle !

Quel ne fut pas mon enchantement lorsqu’il y a quelques jours, en arrivant chez moi après une journée bien remplie, j’ai trouvé un joli paquet prêt à être déballé, ce que j’ai fait sans attendre ! Évidemment…

Me voilà donc face à vous pour vous raconter notre histoire, à ma jolie nouvelle lingerie et moi… Par contre, soyons claires, loin de me prendre pour une blogueuse mode experte en la matière, cette histoire est racontée avec mes yeux à moi, par rapport à mon corps à moi.

220px-MME_PERELE_AU_TELEPHONE_A_DROITE4
Simone Pérèle

Notre histoire a commencé il y a quelques semaines lorsque Simone Pérèle m’a gentiment proposé de choisir le modèle de mon choix parmi la nouvelle collection Automne/Hiver 2015-2016 (absolument sublime !) J’ai beaucoup hésité entre l’ensemble Mint (dont vous connaissez mon amour si vous me suivez sur Instagram) et les deux ci-dessous. J’ai finalement craqué pour la délicatesse de la collection « Amour » 

tumblr_nqsua7dR5K1teoq8lo3_1280

tumblr_nqsuf4bNBj1teoq8lo3_1280

J’ai choisi…

SIM13R330_mint_PD

La collection promet sur le papier d’être « belle, confortable, élégante, raffinée, s’adaptant aux formes et aux exigences de chacune. » Et bien, après avoir déjà porté deux fois mon ensemble, ce dernier, sublime et délicat, tient parfaitement ses promesses. Ses points forts ?

La qualité 

Lorsque je tiens la dentelle entre mes mains, je peux ressentir les 6 mois de travail… 6 mois intenses durant lesquels 300 prototypes ont été montés, 6 mois intenses ou le temps nécessaire pour retoucher un même modèle une quarantaine de fois, pour qu’il atteigne la perfection. Les descendants de Simone tiennent au savoir-faire et à la patte maison. Pour cette raison, les essayages se font sur les femmes de l’entreprise : une bretelle qui tombe mal, une bande de tissu trop large, un bonnet qui se place mal, un maintien qui laisse à désirer…  les couturières ne laissent rien passer.

Creation-Simone-Perele_inside_full_content_pm_v8 (1)
dans les ateliers Simone Pérèle

– Le confort / la taille

Infiniment femme, disait la publicité Simone Pérèle des années 50.

PUBS-ANNEES-50-441x1024
Pub années 50 Simone Pérèle

Infiniment confortable, je dirais aujourd’hui pour qualifier les parures Pérèle : je ne vous le cache pas,  j’ai une toute petite poitrine (A ou B selon les modèles.) J’ai choisi un 85 B, je ne le sens pas sur ma peau, les bretelles ne me serrent pas, la sensation est très agréable…

Mais ce que j’aime par dessus tout avec Simone Pérèle, c’est qu’elle s’adresse à vous toutes ! À vous jolis bonnets C, à vous aussi généreux bonnets D et à vous aussi décolletés plantureux d’une taille G !

N’est-ce pas formidable ? Du triangle délicat pour les plus petites aux armatures spécialement réalisées pour les plus généreuses, sans oublier le push-up pour celles qui souhaitent impressionner; les bas assortis vont du string à la culotte, en passant par le slip et le shorty, le tout réalisé avec la très précieuse dentelle de Calais. Simone Pérèle invente, réinvente. Je l’aime pour ça…

Et l’une de ses dernières innovations : le maillot de bain ! Là encore, Simone Pérèle s’adapte à nos besoins, en visant l’excellence : lycra pour un confort parfait et de lycra Xtra Lift pour parer efficacement aux attaques du chlore, produits solaires et UV. Orange, bleu océan, violet, vert mais également des couleurs plus neutres viennent illuminer les corps bronzés. 9 lignes pour s’assurer un bel été…

Mon histoire avec la maison familiale, c’est ça, c’est mon modèle Mint mais ça aurait bien pu être celui-ci, ou encore celui-là, ce maillot de bain, cette forme, ce design. En fait, avec Simone Pérèle, c’est une nouvelle histoire à chaque fois, c’est porter l’un des symboles de l’émancipation des femmes sur soi, c’est la pleine créativité, c’est un instant de vie, apprécié, partagé.

Retrouvez Simone Pérèle partout en Europe mais aussi aux Etats-Unis, en Australie, à Hong Kong ainsi qu’à Taïwan ! 

**

Vous avez déjà testé les modèles Simone Pérèle ? Vous plaisent-ils ?

Je serais curieuse d’avoir vos avis 🙂

 MY INSTAGRAM / FACEBOOK TWITTER / PINTEREST

SIMONE PÉRÈLE

simone-perele-amour-push-up-bra-mint-7574-pLa prestigieuse maison de lingerie française Simone Pérèle vient de présenter sa toute nouvelle collection Automne/Hiver 2015-2016… En ce qui me concerne, j’ai craqué sur ce très joli soutien gorge mint, parfait pour l’été ! Je vous en reparle très très bientôt sur le blog !

596x775xAmour-Demi-in-Mint.jpg.pagespeed.ic.8_x1dMn4j3

Depuis 1948, Simone Pérèle place les femmes, l’art et la matière au cœur de ses créations.

Jeune corsetière talentueuse et passionnée, Simone Pérèle a une idée révolutionnaire pour l’époque : associer confort, séduction et audace créative. La corseterie cède alors la place à la lingerie. Pas de mode pour la mode ! Le respect de la femme est le leitmotiv de toutes ses créations, de toutes ses innovations. Une valeur qu’elle partage avec son mari, sa moitié, son autre moi. Ils avancent ensemble, côte à côte, d’égal à égal. Elle est à la création, il se consacre au développement commercial. Un tandem aussi brillant qu’insolite pour cette époque.

Vous pouvez retrouver la marque ainsi que toute son histoire sur fr.simone-perele.com/

Simone_pérèle-ss15-Révélation-01

simone-perele-blog simone-perele-blogfr

10414834_980940681950278_2982616548708984288_n

11014669_965508870160126_7016401281580717979_n

12B302_12B710_12B800_030_273 1

12M340_12M710_633_119

12R334_12R630_522_035 1bis

12W372S_12W630S_442_144

12X330_12X630_361_144

13B330_13B710_377_BIS_247

13B342_13B630_011_100 1ALTER

13B510_13B342_015_217

13R330_13R710_555_143

14B310_14B720_555_148

14B330_14B630_383_312

15B900_015_088

131352_131725_634_355

Focus Result (A, 8, 4)

Focus Result 3 (A, 8, 4)

Simone Pérèle propose également une ligne de maillots de bain pour l’été…

11357175_988311754546504_6664798028760728103_o

 MY INSTAGRAM / FACEBOOK TWITTER / PINTEREST

La vie d’expat à Hong Kong – Interview beauté avec Imane

Imane, c’est cette fille parfaite des pieds à la tête comme l’on en croise parfois : peau magnifique, lèvres soignées, cheveux brillants, dressing rêvé… Et puis Imane, c’est aussi mon amie et celle vers qui je suis toujours allée lorsque, à Hong Kong, j’avais besoin de conseils beauté. C’était donc tout naturel pour moi de lui proposer cette interview et quelle joie fut la mienne lorsqu’elle a accepté ! À toutes les filles qui recherchent des bonnes adresses beauté à Hong Kong, à toutes celles qui souffrent de la pollution, qui se posent des questions quant à leurs rituels, ce recueil est pour vous !

Qui es-tu ?

Je m’appelle Imane je suis marocaine, et cela fait déjà trois ans que j’habite dans à Hong Kong que je peux appeler “Home” maintenant. Je suis arrivée à la suite d’un stage chez L’Oréal à Paris. Tout s’est passé très vite, une semaine après mon stage j’atterrissais à Hong Kong prête à saisir de nouveaux challenges !

Y a-t-il des rituels de beauté que l’on se passe de génération en génération dans ta famille ?

J’adore me cocooner… Les rituels Beauté c’est une histoire de famille. J’ai grandi dans les recettes fait maison : masque pour le visage à l’argile, huile d’argan pour les cheveux et pour la peau. Le capital beauté selon moi, c’est une peau saine !

Pour toi, la beauté à Hong Kong rime avec…

Confiance en soi.

Le rapport à la beauté entre les femmes françaises et les femmes chinoises est-t-il différent ? Si oui, en quoi ?

Les critères de beauté français et chinois sont vraiment différents, et je m’en rends plus compte aujourd‘hui. Exemple très simple : bonne mine rime avec teint halé pour les françaises, alors que pour les chinoises il rime plutôt avec peau pâle… C’est pourquoi les produits blanchissants font un tel tabac !

Comment est perçu l’univers de la beauté à Hong Kong ?

L’univers de la beauté a une place très importante à Hong Kong. Les rituels et gestes beauté se sont démocratisés à Hong Kong que ce soit pour les femmes que pour les hommes. Je n’ai jamais vu autant de marques cosmétiques de ma vie qu’à Hong Kong !

Y aurait-il selon toi des rituels beauté à piquer aux hongkongaises (& chinoises) ?

Les hongkongaises me fascinent pas leur maquillage ultra sophistiqué. J’essaierais bien la pause de faux cils pour voir l’effet. C’est devenu une vraie tendance ici !

Quel est ton rapport personnel avec les produits de beauté et les soins pour la peau ?

J’ai toujours été attirée par le monde de la beauté et des cosmétiques. Je trouve que les marques de beauté aujourd’hui permettent à beaucoup de femmes de gagner confiance en elle, et de se sentir bien dans leur peau. Et selon moi, c’est un réconfort, plus puissant que le chocolat.

As-tu une routine différente de la France depuis que tu vis à Hong Kong ?

Le climat à Hong Kong est assez humide. J’ai donc du adapté ma routine. J’utilise des textures hydratantes plus légères pour éviter de créer une couche grasse sur la peau. Aussi, je me lave la peau avec un bain moussant tous les soirs. Hors de question de laisser l’air pollué ternir ma peau !

Qu’est ce qui va te faire choisir un produit plus qu’un autre ? (composition, packaging, marque) ?

J’oriente mes choix en fonction de la marque, du packaging, du bénéfice produit, et du prix aussi ! Souvent les égéries ou les modèles influencent beaucoup de femmes dans leur choix, c’est pour elle généralement un idéal de beauté à atteindre.

Quels sont tes produits hongkongais (chinois) préférés ?

Mes produits hongkongais préférés sont les masques en papier pour la peau : Magic Holdings est d’ailleurs une marque de référence et en plein essor. C’est 15 minutes de détente pour soi le temps de l’effet sur la peau, et un gros coup de boost pour ma peau !

magic-holdings

Un produit / Une marque que l’on peut trouver en France te manque-t-il ici ?

Le choix de marques à Hong Kong est quand même assez riche et vaste. Mais parfois mes petits gels douches DOP, et ma crème basique Nivea pour le visage me manquent un peu…

Que trouve-t-on dans ta trousse à maquillage ?

Les incontournables de ma trousses de maquillage sont :

– Un mascara volumisateur de Maybelline, en ce moment j’utilise le rocket

– Un eye liner précisions extrême pour créer des traits fin comme épais, j’utilise soit l’Hypersharp soit le Nars.

– Un fard a paupière, généralement une palette pour créer des looks pour la journée et le soir

– Un rouge à lèvre Nude Moist matte de l’Oréal Paris et le grand classique Rouge Pur Couture d’Yves Saint Laurent

PurCouture300x300

Le climat étant très humide à Hong Kong, comment soignes-tu ta chevelure ?

Les cheveux sont assez durs à dompter sous un climat toujours humide ! Alors j’ai découvert le lissage brésilien « Brazilian Blow out » dit « BBO » pour les connaisseuses. C’est un soin à la kératine qui permet de détendre les cheveux, de leur donner brillance, et texture à la fois. Adieu les frisottis !

Quels conseils donnerais-tu pour garder une peau et une chevelure intactes à Hong Kong ?

Pour garder une peu intacte à Hong Kong, c’est d’être assidue, de nettoyer sa peau tous les soirs sans exception avec un lavant moussant, et de l’hydrater nuit comme jour. Rien de pire qu’une peau sèche ! Quant aux cheveux, je conseille un masque par semaine, j’ai un gros crush pour les masques Kerastase Nutri thermique : classique et efficace.

Où fais-tu ton shopping à Hong Kong ? As-tu des boutiques à recommander ?

Je suis une grande fan de robes. Maje est l’une de mes boutiques préférées à Hong Kong. Je m’en veux de me dire que je paie 30% plus cher qu’en France, mais il n’est pas possible de se faire livrer depuis la France. Sinon j’aime bien les petites boutiques coréennes à Causeway Bay. J’aime aussi beaucoup Select 18 pour chiner des petits accessoires vintages !

Une adresse… pour une manucure ?  

Nail88 quand on est pressées et qu’on a un petit budget, Il Colpo quand on veut se faire plaisir et se détendre avec un massage des mains en touche finale.

… pour une épilation ?

Le Chéri Kamakura a Causeway bay, concept un peu japonais. Très on rapport qualité prix !

… pour faire du sport ?

Fitness First !

… pour acheter des produits de beauté ?

Les aéroports, c’est en duty free, donc moins cher qu’en ville !

Qui sont les femmes que tu admires ?

Ma maman. J’en avais qu’une.

Pour finir, as-tu un secret de beauté secret un peu étrange / bizarre / inavouable à nous dévoiler ?

Le sourire ! 🙂

**

 Merci mon Imane !

Vous avez des bonnes adresses à Hong Kong ? Des astuces beauté ? N’hésitez pas à les partager en commentaires ! 

Retrouvez l’intégralité des interviews hongkongaises et les chouettes adresses des interviewés ici !

Imane Laasri

 MY INSTAGRAM / FACEBOOK TWITTER / PINTEREST

Pollution / Problèmes de peau à Hong Kong : la solution (1/2)

Je n’ai jamais eu d’acné avant. Mais genre JAMAIS, même pas un petit bouton, non rien, VRAIMENT rien. Et puis un jour, il y a presque deux ans (la grande classique : le temps passe horriblement vite), donc il y a presque deux ans, j’ai déménagé à Hong Kong. La belle (je parle de la ville-pays) a énormément de qualité que je cite ici ou encore ici mais compte un IMMENSE défaut, sa qualité de l’air très mauvaise : une pollution atteignant des records. Lorsque l’on a une peau sensible comme la mienne, qui dit pollution dit grain de peau abimé et gros boutons disgracieux. Il y a deux ans, la guerre a ainsi commencé… Pour avoir une chance de gagner, il m’a fallu trouver les bonnes armes et m’enrichir de bons conseils. Je crois que ma passion pour le « bien manger » a commencé à ce moment-là. J’ai très vite compris qu’une enveloppe corporelle en bonne santé commence par un intérieur en mode santé donc une bonne alimentation. C’est également à cette période que j’ai découvert les chaines beauté des youtubeuses. Coline, Marie ou encore Hélène sont devenues mes meilleures copines. Avec beaucoup de travail, une hygiène irréprochable et beaucoup trop d’argent dépensé, j’ai réussi à gagner quelques batailles en trouvant les « bons » produits dont je décide de vous faire part. En espérant que cela aide quelques-unes… N’hésitez pas à partager vos astuces chères expatriées d’Asie ou d’ailleurs. Bonne lecture !

♦♦ MA ROUTINE DU MATIN ♦♦

Avant tout soin, je me passe sur le visage un coup de brumisateur. J’utilise celui d’Avène, marque que l’on trouve à Hong Kong. L’eau contenue dans le brumisateur est pure et ne contient donc pas de calcaire, comparée à celle du robinet… Ensuite, j’ai pour habitude de me passer des glaçons sur le visage en insistant sur les zones abimées : le froid entraîne la contraction des vaisseaux sanguins se situant sous la peau et réduit donc la taille et la rougeur des boutons, cette pratique permet également de prévenir les ridules : effet magique et bien-être ! (Les glaçons doivent être bien sûr à l’eau minérale.) Ma peau séchée une serviette réservée à mon visage, je l’hydrate avec le sérum Hydrance Optimal de chez Avène puis la crème Hydrance Optimale légère peau normale à mixte. J’aime particulièrement sa texture : ni trop riche ni trop aqueuse, elle fournit à la peau l’hydratation et la sensation« cocooning » que je recherche été comme hiver. Enfin, je tartine mes imperfections du Stick Correcteur Vert de chez… Avène (moi, fan ?!) Par contre les filles, il n’existe pas à Hong Kong, je me le fais envoyer de France. Ce stick cache à la perfection boutons et rougeurs ! Seulement après ces soins, je passe au maquillage. En ce moment, j’utilise deux fonds de teint : le fond de teint Healthy Mix Serum de chez Bourgeois que je trouve chez Watson, j’aime son rendu lumineux, il est très facile à appliquer et cache très bien les imperfections ! J’utilise également le fond de teint solaire protecteur SPF 30 de Shiseido, une merveille été comme hiver ! En anticernes, je suis fidèle à Nars !

shiseido-compact-solaire-fond-de-teint-stick-avis-test

♦♦ MA ROUTINE DU SOIR ♦♦ 

Après une bonne journée de travail et si je n’ai pas prévu de ressortir, la première chose que je fais en arrivant chez moi est de me démaquiller ! Je déteste rester chez moi en laissant ma peau pleine des impuretés glanées dans la journée, tant pis pour les colocataires qui me croiseront ! Après moultes tentatives ratées, j’alterne en ce moment entre la Lotion Micellaire Nettoyante et Démaquillante de Avène et le Gel Aromatique Nettoyant Purifiant de Sanoflore. Je passe ensuite mon coup de brumisateur, je sèche ma peau avec la serviette réservée à mon visage et je passe à l’hydratation : sérum Hydrance Optimal de chez Avène + crème Hydrance Optimale légère peau normale à mixte 3 jours par semaine. Les autres jours, je me fais des masques (voir soin particulier). 

♦♦ SOINS PARTICULIERS ♦♦

Selon les jours, je ressens que ma peau a des besoins différents. Je dispose ainsi de plusieurs produits que j’alterne. 2 à 3 soirs par semaine, j’utilise le Masque Apaisant Hydratant Avène que je laisse poser toute la nuit. Le weekend, j’alterne entre un masque au Miel de Manuka et un masque à l’Argile Blanche. Une fois par semaine, je fais un bain de vapeur pour retrouver une peau la plus nette possible.

Si vous avez des produits / des conseils, n’hésitez pas à commenter cet article les filles ! La prochaine fois, je vous parlerai de mon alimentation anti-acné ! Bisous ❤

 MY INSTAGRAM / FACEBOOK TWITTER / PINTEREST