Leçons 2022

  1. Nous sommes les uniques êtres à savoir ce qui est bon pour nous.

Dans le travail, dans la vie personnelle. Dans tous les pans de notre alignement. Partir ou rester, retrouver un CDI ou persévérer à son compte… J’ai expérimenté concrètement que nous sommes les seuls maitres de notre existence, les meilleurs juges et guides en toute circonstance. On sait tous au fond ce qui est bon pour nous donc allons-y.

  1. Se fier à notre intuition est la réponse

Personnellement, j’avais toujours eu du mal avec cette notion… car dans quelle mesure l’embrasser ? Comment s’y référer ? Alors avec quelques expérimentations, je suis parvenue à totalement m’y connecter en « vérifiant » les informations que mon mental m’envoyait. Depuis, j’ai appris à me faire confiance pour prendre telle ou telle décision juste en questionnant ma petite voix. Merci Véronique Redon qui sera un épisode du podcast cette année.

  1. Parfois, certaines choses ne changent pas. Alors vivons avec.

Je ne compte plus le nombre de fois où je me suis gâchée des moments à cause de mes douleurs neuroplastiques. Mon mental était fixée dessus et j’étais « à moitie présente » en me disant que je profiterais davantage les moments suivants… et bien, les douleurs vont et viennent en moi, ne partent pas et (je crois) que maintenant c’est ok. C’est l’énergie et les émotions qui circulent, elles sont là pour une raison. Pour 2023, je ne veux plus espérer qu’elles partent, je veux sourire a 200% avec, arrêter de me morfondre et cesser cette phrase en 2023 : « tu te rends compte tout ce que je pourrais faire de plus dans mon business si je n’avais PAS ces douleurs ? » par « Et si elles me forçaient à ralentir ? Et si elles avaient un sens ? »

  1. Les mots que l’on prononce ont un impact énorme sur notre vie

On l’entend beaucoup mais qu’est-ce que cela donne quand nous nous l’appliquons vraiment ? Remplacer « sensations » par « douleurs » ? Se répéter plusieurs fois par jour « tout va bien » ? Cesser les expressions comme « j’ai les boules », « je vais crever » « je suis morte de fatigue » ? Les mots sont créateurs, les mots sont énergie. Et si l’on a besoin de preuves, une expérience sur l’eau a été menée par Masaru Emoto, auteur et docteur en médecine parallèle japonais. Ce dernier a expérimenté le fait de projeter des mots, pensées, sensations et émotions sur l’eau, d’abord positives puis négatives et d’analyser les effets. Les premières molécules formées avaient une forme harmonieuse et des couleurs scintillantes tandis que les secondes étaient biscornues et irrégulières. Puisque nous sommes majoritairement composés d’eau, cela est également le cas pour nous.

  1. Jouer avec ses différentes facettes est la plus belle expression de soi

J’ai durant des années voulu rentrer dans des cases, me conformer à un standard (fake) dicté par la société. Et j’ai d’ailleurs été très (très) malheureuse de cela. Aujourd’hui, je jongle et joue de ces facettes assumées, de mes parts d’ombre et de lumière, de mes sensations, émotions. Et je vibre… Je vibre pour ce côté blonde décolorée qui se passionne pourtant pour le dev perso. Je vibre pour ce côté superficiel, télé réalité, gossip&co qui dévore Carl Gustav Jung. Je vibre pour les paillettes de Dubaï et mes engagements écolo, pour ma liberté chérie et mon trio mari-enfants équilibré, mon côté serial-expat et l’attachement viscéral à ma famille, ma timidité et mon besoin d’être sur scène ou derrière mon micro, mon audace dans ma propre entreprise et mes insécurités… Et je ne suis qu’une. À chaque pas, dans chaque rôle, à chaque place que je prends. Comme vous. Et c’est cette alliance qui est merveilleuse. Ce mélange, cette dualité de l’être qui nous rend vivants. Écoutons notre coeur, connectons-nous à nos différentes facettes, apaisons-nous.

  1. La vie nous présente ce qu’elle doit nous présenter. Ce sur quoi on doit travailler. C’est à nous de le comprendre et d’en tirer profit.

Cette année, la vie m’a mis en face plusieurs fois mon besoin de reconnaissance, mon désir suprême d’approbation. Me l’a répété, répété, comme pour que je me crie, enfin « TROUVE CECI EN TOI. » Il y a encore quelques mois, je me serais morfonds, aujourd’hui, j’essaye de m’en détacher et surtout de comprendre que la vie nous « force » à travailler ce dont a besoin notre âme pour évoluer.

Belle fin d’année…

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s