vingt-huit.

_mg_0350

J’ai eu 28 ans il y a quelques jours et tout ce que je vais dire à cet instant précis n’intéressera globalement personne d’autre que moi – mais vous savez comme j’aime les mises à plat, les remises en question, et les blabla.

J’ai eu 28 ans et je n’arrive pas vraiment à comprendre comment les années ont pu défiler aussi vite. J’ai eu 3 diplômes (depuis le bac), j’ai vécu dans une vingtaine d’appartements (23 si j’ai bien compté), j’ai pris plus de 400 fois l’avion mais je crois toujours que je vais en mourir. J’ai eu un animal de compagnie, j’ai changé 4 fois de job, 5 fois de villes, 3 fois de pays mais c’est toujours les mêmes qui restent dans ma vie – et ouais les coups de foudre ne durent pas, même en amitié, j’en ai la preuve par 1000.

Je suis toujours aussi dépensière et je gère mon argent à coup de tableau excel. Je n’arrive pas à dormir dans le noir complet et mon –ka– me suis  à chaque nouvel appart dans mes valises. J’ai voulu devenir 4 fois végétarienne avant de m’apercevoir que j’aimais bien trop la charcut’ (« quoi, pas toi ? »). Je mange bio (en fait jamais), paleo (par période), je déteste les boissons gazeuses mais je m’intéresse de très près à la nutrition (surtout parce que j’ai envie de vivre le plus longtemps possible.)

J’aimais les talons, je préfère les baskets. J’aimais le vin blanc, j’aime le vin rouge. J’aimais le tape à l’œil, j’aime le minimalisme. J’aimais le noir pour m’habiller, j’aime la couleur. Il m’arrive de ne plus savoir accorder le verbe avoir, je l’ai fait parfaitement pendant 20 ans. J’aimais les longs discours, je préfère aller à l’essentiel. Je ne sais pas mettre ma housse de couette sans m’énerver au bout de la 3ème – vaine – tentative, je ne sais toujours pas quelle est la teinte de rouge à lèvres qui me va bien même si j’en reçois des tas.

J’ai 28 ans et je suis plus famille que je ne l’ai jamais été. Je suis timide, nostalgique, sensible, curieuse. Je n’ai pas peur de l’avenir, parfois du présent, je suis devenue beaucoup trop bon public et je m’attache toujours autant. J’essaie de ne plus me remettre en question tout le temps, de découvrir (minimum) une nouvelle partie du monde par an, de donner l’exemple, de gérer mon impulsivité, de donner. Beaucoup et tout le temps. Je chiale toujours autant devant les films qui passent, j’aime Paris profondément, je ne sais toujours pas draguer même si souvent j’ai envie d’essayer, je n’ai pas encore trouvé le père de mes enfants, le mec de ma vie non plus finalement. Je subis donc – comme toute personne approchant de la trentaine – quelques pressions de la part des plus âgés. Jamais de ma mère qui m’a eu à 24. « PROFITE, après c’est pour toute la vie… » Non, je ne me sens ni ovnis, ni bizarre, je prends juste mon temps et je me fais draguer par des 20 ans. Ouais ouais.

J’ai 28 ans et je me force à prendre des risques tout le temps. A quitter ma zone de confort même si ça me vaut des nuits de stress, à feindre mon côté « à l’aise en société«  alors que je n’ai pas réussi à parler en public jusqu’à mes 13 ans. J’ai 28 ans et j’ai des envies grandes comme ça, j’ai réalisé quelques rêves, j’en ai encore tellement. J’ai 28 ans et ça ne veut rien dire, j’essaye de m’aimer comme je suis maintenant, pas comme j’étais, pas comme je serai. Et vous, tu as quel âge ? 

  MY INSTAGRAM / FACEBOOK TWITTER / PINTEREST

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s