Comment être plus heureux 

Laura

« Certes, j’avais une offre d’emploi, certes une partie de mon inconscient me hurlait de revenir, mais moi, étais-je vraiment prête à quitter l’Asie qui m’ouvrait sans cesse les bras ? »

Encore 5 minutes, encore un bout de papier pour une dernière liste. 4 pour et 2 contre, 6 contre et 3 pour qui me feront rester à Hong Kong. Encore un morceau de vie, un dîner, une balade dans cette ville parfumée. Saisir l’instant et le suivant pour vous entendre dire qu’il ne faut pas partir, m’inquiéter doucement, dire « c’est mon affaire » et pousser ces misères jusqu’aux frontières, humer l’odeur de la mer, puis du poisson si familière dans notre quartier. Faire ma valise et la défaire, t’apporter les livres que j’ai tellement lus pour m’échapper lors des temps trop durs, user mes talons, pleurer quand j’ai trop bu, et trop boire, beaucoup trop. Retourner jusque derrière cette petite mosquée, tout regarder comme pour la première fois, sourire aux commerçants et m’ennuyer sans travail, déjà. Relire mes notes et mettre de l’ordre dans ces mots parlant d’Hong Kong, commencer à évoquer la ville sur le blog, être maladroite mais c’est la seule chose qui me soulage. Fermer les yeux, faire des rêves d’ici et de là-bas, ce là-bas qui n’est plus chez moi, avoir peur et me lover contre toi, et toi, et toi aussi. Hésiter, trembler, serrer ma chance sur l’instant, ou non, être comme anesthésiée. Un an et trois mois après, je suis bien rentrée à Paris et l’une des seules choses que je peux affirmer, c’est que je ne savais rien de ce que je faisais. Certes, j’avais une offre d’emploi, certes une partie de mon inconscient me hurlait de revenir, mais moi, étais-je vraiment prête à quitter l’Asie qui m’ouvrait sans cesse les bras ? Non, mais le sommes-nous un jour ? Non, je ne crois pas.

Mon passeport en poche, mon sac lourd comme ces deux années et moi prenions la route pour l’inconnu, pour un Paris que j’avais quitté en le détestant, j’avais mal comme jamais, je quittais Hong Kong qui m’avait tant donné, mais pourquoi ? Parce que dans la vie, il y a des paris à faire et des opportunités à ne pas rater. Parce que parfois, il faut savoir sauter en parachute sans savoir s’il va s’ouvrir. Parce que mon credo de vie est de sortir de ma zone de confort et que l’occasion était la bonne… Repartir à zéro dans une ville que je ne connaissais plus. Intégrer une grosse boîte dans laquelle forcément j’apprendrai de nouvelles choses. Se battre, essayer, s’adapter à son environnement quoi qu’il arrive. Se créer son propre paradis peu importe le lieu. Réapprendre à aimer Paris, oui, à la folie.

pistes pour être heureux

« Se battre, essayer, s’adapter à son environnement quoi qu’il arrive. Se créer son propre paradis peu importe le lieu. »

Alors voilà, il est 6h du matin, je descends de l’avion et je me fais contrôler par les flics à Roissy. J’ai l’air d’une junkie : mini-short et débardeur dans la foule des gros manteaux gris, dreads sur la tête et crayon noir jusqu’au menton, j’accuse les 14 heures d’avion. Je monte dans un taxi et je peste intérieurement contre les 100 balles que je dois débourser pour rentrer chez mes parents mais non. Non : ne pas me laisser aller à la haine et ne pas devenir l’ex-expatriée insupportable à tout comparer. Assumer. Il ne me reste que cela… et rentrer à Paris est mon choix.

Je vous passe les premières heures, les premiers jours de retrouvailles, et puis j’en ai déjà parlé plusieurs fois…. L’objectif de cet article est de vous démontrer que le bonheur se trouve à l’intérieur de vous. Réellement. Et cette année, j’en ai réellement pris conscience à travers plusieurs expériences. Laissez-moi vous expliquer.

Je suis passée de Hong Kong à Paris. Je suis passée de la chaleur 11 mois sur 12 à la pluie 10 mois sur 12. J’ai quitté un quotidien alternant trek dans les montagnes et virées à plage pour le bitume et les cafés parisiens. J’ai laissé derrière moi l’apparente douceur de vivre pour les grèves, les gens maussades. J’ai retrouvé tout ce que je ne supportais pas, en ajoutant ce que je n’aurais jamais supporté il y a 3 ans. Et pourtant vous savez quoi ? Je crois n’avoir jamais été aussi heureuse. Réellement. Et pourquoi donc ? Parce que je contrôle mon environnement. Parce que j’ai appris à m’adapter. À ne plus laisser les évènements extérieurs avoir de l’emprise sur moi, à ne plus laisser la moindre petite contrariété saper mon moral. J’ai appris à optimiser ma vie en fonction de mes habitudes. Et ça c’est la clé.

 Vous voulez des exemples ?

J’ai troqué mes 5 minutes de taxi quotidiennes (2 euros) pour 3h de trajet en bus chaque jour jusqu’à Suresnes et… je vais bien. Tous les jours ou presque, j’entends des « mais comment fais-tu ? » « Dieu que c’est long ! ». Je vous rassure, je pourrais prendre le RER B puis le RER A, je gagnerais d’ailleurs presque 1 heure de temps chaque jour, et pourtant plutôt mourir que de renoncer à mon confort. Bon, j’ai en effet la chance de commencer à 10h, je suis donc dans le bus chaque matin pour 8h30 et me voici partie pour une séance de productivité maximale. À quel moment autre que dans le bus pourrais-je trier et répondre à mes 50 mails de la veille ? Je profite également de ce temps rien qu’à moi pour écrire mes articles, consulter Twitter & Instagram ou me plonger dans un bon bouquin. 90 minutes qui sont finalement devenues essentielles à ma vie…

La cantine de mon boulot a été supprimée. Après des années de bons et loyaux services, notre lieu de déconnexion le plus total (à quelques sarcasmes près) nous a été enlevé. Que manger moi qui ne cuisine pas et qui n’ai pas non plus envie de me ruiner ? Comment ne pas succomber à l’ère des plats préparés et autre consommation industrielle qui me fait hurler ? Me serais-je intéressée de si près à Paléo si la cantine était restée ? Aurais-je pu trouver ce mode d’alimentation qui ne m’a JAMAIS au grand JAMAIS fait me sentir aussi bien ? Bien-sûr que non. Si vous le souhaitez, je vous ferai un article sur cette « Paleo Diet » très bientôt.

J’aide la chance & Je vis mon propre Paris en fonction de mes passions. Cette formule, « J’ai de la chance = J’aide la chance », c’est sur le blog de ma Coralie que je l’ai trouvée. Elle explique qu’elle  a provoqué tout ce qui lui arrive et je partage à 100% ses dires. Aujourd’hui, lorsque je constate ô combien je m’enrichis chaque jour avec vous grâce au blog, je suis tellement heureuse ! Lorsque je me sens triste ? Je pense à vous, je relis nos échanges ou je travaille sur mon prochain article. Et quand ça va ? Et bien je fais la même chose.

Peut-être que vous le savez déjà mais je fais également partie de deux collectifs de blogueurs créatifs à Paris : From Paris & Team Paillettes. Ensemble, on partage, on construit, on dépasse les limites du possible, on noue des partenariats extraordinaires, on s’émerveille, on s’aime !

**

Bref, tout ça pour vous dire que, de Hong Kong à Paris, je suis passée de la passion du voyage à la passion du partage online… Qu’à force de taper à toutes les portes (car dans la vie, nous n’avons RIEN à perdre), d’essayer plein de trucs, de partir, de revenir, de me planter, d’apprendre, de me replanter, de réussir (parfois), d’être triste (parfois encore), j’ai appris à mieux me connaitre, à savoir ce qui me correspond, à mettre le doigt sur mes véritables passions et projets, puis, une fois ces derniers identifiés, tout faire pour les voir se réaliser.

Et DIEU que c’est bon…

Cet article est déjà très long et je pourrais vous donner beaucoup d’autres exemples. En tout cas, j’ai tenté, en vous racontant la vision de mon quotidien, de vous donner la force de voir le verre à moitié plein tout en faisant confiance au destin.

Il est important de s’approprier le lieu dans lequel nous évoluons, de ne jamais le subir en se créant de nouvelles habitudes qui nous ressemblent, de voir le bon dans le mauvais, et de s’en contenter. Parce que, croyez-en ou pas ma (toute petite) expérience, l’herbe n’est JAMAIS plus verte ailleurs et votre vie dépend UNIQUEMENT de ce que vous en faites… (Amen hihi)

Je vous embrasse ♡

MY INSTAGRAM / FACEBOOK TWITTER / PINTEREST

 

Publié par

Blogueuse Parisienne ex-expatriée à Hong Kong, je tiens ce blog lifestyle & voyage depuis 2014. Merci de m’avoir lu et n’oubliez pas de me laisser un petit commentaire ! Bisous ! Laura

2 thoughts on “Comment être plus heureux 

  1. Superbe article qui remet beaucoup de choses en perspective…

    J ai bien envie de m orienter vers le régime paleo moi aussi. Je suis intolérante au gluten, je ne consomme plus de lait de vache… je limite le sucre au max. Mais j ai encore des troubles intestinaux de temps à autre et je suis souvent fatiguée.

    Un article sur le sujet m intéresse donc grandement !!

    Biz

    Lyly

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s