Ma vie à Hong Kong, le bilan 18 mois plus tard

3511703292_22c75dece2

C’était en 2013, à la descente de l’avion, à l’occasion d’un premier voyage en Asie, à l’occasion de ma première fois à Hong Kong. A la seconde où mes pieds ont touché la piste, toutes mes interrogations liées à la liberté, au bonheur ont trouvé une réponse spontanée : le bonheur, c’est d‘être ici. A cet instant précis, j’ai su que je resterai et que je vivrai des moment qui me marqueraient pour le reste de ma vie. L’expatriation, c’était un rêve depuis la Floride, un truc inconscient qui te pousse à partir à la découverte d’une nouvelle culture parce que tu as l’intime conviction que ça te fera grandir. Après trois semaine de démarche : visa de travail, billet d’avion, contrat, le rêve de l’expatriation est devenu une réalité.  Mon quotidien hors de Paris, je le rêvais. Tout le temps Je suis au départ tombée amoureuse de ça : de cette atmosphère dans les rues, des couleurs, des sourires attendrissants, des odeurs. Je suis tombée amoureuse des lumières de la nuit, des ruelles sombres, de l’assourdissant trafic. Constant. Je me suis laissée porter par cette population de fourmilière, partout, tout le temps. J’ai eu le coup de foudre pour ce pays débordant de vie. Je suis restée dans cette ville qui ne s’arrête jamais.

Et après plus d’un an passé à Hong Kong, comme finalement dans toute histoire d’amour, la passion a fait place à l’habitude. Je suis partie à la recherche de la différence, j’ai voyagé avec le peu de sous qu’il me restait, j’ai vu Singapour, Taiwan, j’ai exploré des nouveaux quartiers, découvert de nouveaux endroits, parlé une autre langue, modifié mon style de vie. Et la France a manqué. Et la France aujourd’hui me manque follement. Alors, que faire entre rester pour aboutir à la compréhension de moi-même, pointée du doigt que je suis par les locaux avec ma différence et rentrer en France ? Que faire entre profiter de ma chance de pouvoir rester dans cette ambiance, dans cette richesse due à une explosion économique exponentielle, dans cette cohabitation constante entre une pauvreté apparente et une modernité high-tech et rentrer en France ? Que faire entre rester dans le surprenant Hong Kong ou partir retrouver l’équilibre pré-établi de la France ? Pourquoi vivre à Hong Kong ou plutôt pourquoi ne pas y vivre ? 18 mois après je connais à peu près les réponses…

Tout d’abord, le climat qui est subtropical est une des choses que j’apprécie le plus dans cette nouvelle ville. Ici, (à Hong Kong), nous bénéficions de octobre à décembre d’une température entre 20 & 25 °C, de janvier à mars de 10 à 15°C et d’avril à mi-mai d’une température de 23°C en moyenne. Forcément ce climat influence le mode de vie de ses habitants expatriés. Les expatriés à Hong Kong passent énormément de temps dehors, on y trouve de nombreux rooftops, plusieurs plages et parcours de hikes. Moi, ayant beaucoup de mal avec la grisaille et le froid, je prends du plaisir à être dehors.

Et puis voilà, il y a la mer et donc la possibilité de faire des junks tout çà… la plage est pour moi un endroit magique, ça m’apaise énormément. Avoir le luxe de pouvoir y passer le soir après le boulot pour se détendre ou le dimanche pour y faire un barbecue me donne des airs de vacances tout au long de l’année. Fini le stress ! À tout cela s’ajoute plein de petits détails qui m’ont fait aimer au fil des semaines cette ville/pays inconnu dont je parle ici.

Les destinations paradisiaques ne sont pas loin… les transports en commun sont très propres, climatisés… (il est interdit d’y manger et d’y boire.) Oui ce sont des détails, mais je vous promets au quotidien ça change beaucoup la vie. Et puis il y a les jolies habitudes hongkongaises… Des groupes de yoga à chaque coin de rue, des quartiers consacrés au street-art, les trottoirs sans mégots de clopes, la possibilité d’acheter n’importe quoi à n’importe quelle heure…

Alors oui 18 mois plus tard je ne regrette absolument pas ce choix. Mais des aspects de Paris me manquent… La famille notamment, un boulot qui m’épanouit sincèrement aussi. Et d’autres aspects de Hong Kong me dérangent… la pollution, un gap avec les habitants aussi…

Que faire ? Je me le demande.

J’ai un visa de travail jusqu’en 2016, renouvelable.

MY INSTAGRAM / FACEBOOK TWITTER / PINTEREST

Publié par

#SocialMedia #Rêves #Voyages #Entrepreneurship. Pour me contacter rdv sur Twitter @Laufromparis ou par mail à laupouliquen@gmail.com !

9 thoughts on “Ma vie à Hong Kong, le bilan 18 mois plus tard

  1. J’ai vécu, il a des années de cela, cet enchantement dont vous témoignez lorsque je suis partie aux Etats-Unis pendant un an après mon bac. La vie parisienne m’oppressait, le manque de perspectives me hantait. Devant le coût des études outre-Atlantique, cependant, c’est la mort dans l’âme que j’ai embarqué dans l’avion du retour, au bout d’un an. J’étais secouée de sanglots, inconsolable, à tel point qu’un steward s’est gentiment inquiété. J’ai fini mes études à Paris et me suis expatriée en Suisse, les Etats-Unis étant trop loin de ma famille et de mes racines, pensais-je. Je suis passée à côté de ma vie, mais complètement. Souvent, je me suis demandée ce qu’elle aurait été si le lien familiale, mon attachement à la France et à l’Europe ne m’avaient pas retenue sur le vieux continent.
    Le deuxième endroit sur la planète qui me faisait battre le cœur plus vite et me remplissait les yeux d’étoiles, lorsque j’y songeais, était Hongkong. Ah, Hongkong! S’il suffisait d’embarquer dans un avion pour se rendre aux Etats-Unis, pour aller à Hongkong, il fallait au moins une fusée, me disais-je, tant l’endroit me semblait hors de notre monde.Vous avez l’immense chance d’y résider. Moi, c’est des dizaines d’années plus tard que je vais enfin réaliser ce rêve, mon fils dans mon sillage, cet été.

    1. Merci pour ce témoignage Riah ! J’ai quitté Hong Kong il y a deux mois pour retourner à Paris… J’avais besoin de prendre du recul, de me rapprocher ma famille et de me retrouver avant de mieux rebondir et repartir ! Parfois, il est difficile de ne pas perdre les pédales lorsque l’on vit dans une ville à 1000 à l’heure comme Hong Kong… Je vous souhaite beaucoup de bonheur dans cette nouvelle vie 🙂

  2. Bonjour bonjour,
    Je découvre avec plaisir ton blog ! Dans ton bilan, tu parles du climat mais tu ne parles pas de l’été… Je meurs d’envie d’aller à Hong Kong mais je n’ai que le mois d’aout pour ça. Je sais que ce n’est pas du tout la bonne période mais est-ce que ça vaut quand même le coup ou je ne vais pas pouvoir en profiter ? Je te remercie infiniment de ton aide.

    1. Hello Eat Cute ! L’été est la « pire » période pour aller à Hong Kong. De Juin à Septembre, le climat est très humide et les chaleurs ressenties oscillent autour de 30 degrés… Je te conseille de venir en octobre ! Meilleure période 🙂

      1. Merci de ta réponse !! Mais si pas aout, c’est jamais et c’est dommage ah ah ! Je me dis que ceux qui vient là-bas le supporte quand même… En tout cas tu as eu beaucoup de chance de vivre cette aventure, j’espère que le retour n’est pas trop dur !

      2. Haha 🙂 oui c’est supportable ne t’inquiète pas ! Les mois d’été sont formidables car les « junks » sont d’actualité (tu trouveras un article à ce sujet) Le retour est supportable car je sais pourquoi je rentrais 😉 merci de me lire Eat Cute et à bientôt 🙂

  3. L’Asie, c’est vraiment quelque chose qui me fait rêver ! J’aimerais vraiment avoir la chance d’y poser les pieds un jour.. et de voir un tas d’endroits 🙂
    Je suis moi, beaucoup moins loin, en Pologne.. mais c’est vrai que la famille me manque ! Parfois je rêve de faire encore pleins de pays, mais j’ai besoin de ma famille alors fin 2016, je ne sais pas non plus ce que je déciderais !

  4. Caroline ne m’avait pas menti ☺
    Ton blog est très intéressant et plus je le lis plus les envies de vacances et d’évasion me viennent.
    Le temps me manque en ce moment mais je ne manquerai pas de faire des visites régulières sur ton blog.
    Bisous :*

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s