#BewareOfAngels – nouveau parfum de THIERRY MUGLER

beware-of-angels

Vous l’avez peut-être remarqué sur mon Instagram, j’ai reçu la semaine dernière le nouveau parfum de Thierry Mugler, Angel, dont Georgia May Jagger est l’égérie. Dans le cadre de cette campagne de communication, la marque m’a proposé de participer à une expérience inédite : partager avec vous ma vision de la femme #BewareOfAngels autour des notions de séduction et de glamour. Mes ressentis, intuitions, expériences, attentes, inspirations sur ces femmes que l’on incarne toutes entre Paris, New York, Hong Kong.

J’ai accepté avec joie, en voici le résultat.

Ça commence par une histoire. Avant, je me mettais Fleur de Vanille de chez Fragonard et puis j’ai déménagé en Floride,  je ne l’ai plus trouvé et le parfum m’a manqué, vraiment. Il y avait dans cette senteur quelque chose comme du soleil, du bien-être, bon je n’y connais rien en parfum mais ce n’était plus un parfum, c’était une odeur, mon odeur. Lorsque je suis rentrée, j’ai tâché de retrouver le miracle de la première fois, les souvenirs de la vie d’avant ont jailli. L’appartement du 6ème, l’amoureux de l’époque, les après-midi dans les cafés de Paris, l’insouciance aussi. Le reporter aurait presque était douloureux tant les choses avaient évolué.

L’autre jour, je découvre le nouvel Angel  dans mes bureaux à Hong Kong. Le flacon est joli, le bouchon en forme d’étoile, je l’ouvre et m’en asperge le poignet. Et là, la dualité propre à Mugler éclate, je reste sans voix tant le jus sensuel contraste avec l’aspect froid du flacon. J’étais loin, presque évanouie à me souvenir de l’odeur, l’odeur dont je croyais avoir fait mon deuil, l’odeur peut-être du sucre vanillé d’avant les Etats-Unis, ou alors remontons encore plus loin, l’odeur du baiser du soir signé J’adore de Christian Dior de ma mère. J’ai une profonde mémoire olfactive et j’ai tendance à associer toutes les odeurs aux périodes précises de ma vie… Angel de Thierry Mugler à mon entrée au lycée, Coco Chanel à l’année de mon bac, L’huile prodigieuse de Nuxe à mon semestre en Floride, Parisienne de Yves Saint Laurent à mon arrivée à Hong Kong et plus récemment un parfum pour homme de Marc Jacobs.

J’ai posé mes valises à Hong Kong il y a un an. Je me rappellerai toujours des premiers jours et de cette odeur indescriptible de nourriture, de mer, de chaleur. Ces odeurs qui ne m’évoquaient rien et qui me redonnent la vie maintenant, lorsque je les retrouve, après quelques jours à Paris.

D’où vient cette profonde mémoire olfactive ? D’où viennent ces odeurs que l’on prend enfant, et que l’on passe sa vie à tenter de retrouver, de reproduire ?

Dès que je sens une odeur familière au recoin d’une rue, sur une personne, je fais un bon de 10 ans en arrière.

J’aime le nouvel Angel de Thierry Mugler pour cela, pour ces notes de chocolat, de caramel, de bonbon de la femme enfant d’un autre temps, forte et fragile, douce mais puissante, surtout terriblement glamour. La fragance Angel se veut ultra féminine, sensuelle et gourmande.  Elle me fait penser à la personnalité irrésistible et unique de la femme d’aujourd’hui. A cette femme glamour qui souhaite plaire par l’expression de son unicité entre élégance naturelle et désinvolture racée.

Justement, Thierry Mugler nous interroge à travers sa fragance sur la femme glamour d’aujourd’hui, qui est-elle ?

La femme glamour d’aujourd’hui ne rêve pas sa vie, au contraire, elle a faim de réussite. Elle voyage, elle est curieuse mais toujours discrète, elle possède ce goût de la différence

La femme glamour d’aujourd’hui est complexe. Elle est souvent décrite comme appartenant à une génération unique dans l’histoire. Ses valeurs ont changé. Elle est la femme qui ne se laisse pas passer le temps, elle est la femme du maintenant.  Certains la diront égocentrique, égoïste… mais elle veut juste exister face à cette société imposée, conditionnée, au futur difficile à appréhender. Elle veut plaire, attirer, parce qu’elle a compris que c’était l’unique façon d’exprimer son unicité. L’anonymat l’angoisse, elle veut être dans la lumière. Elle se montre pour donner, pour échapper à sa petite vie, pour éviter de ressembler à ces gens bien étriqués, bien rangés. Elle est généreuse en fait, elle souhaite renvoyer une belle image d’elle ….

La femme glamour d’aujourd’hui se distingue par sa coupe de cheveux, son style, sa façon de se mouvoir qui lui est propre. Elle est incapable de se fondre dans la masse.

La femme glamour, c’est la femme loin de la mode car aujourd’hui la mode est quelque chose de très éphémère, c’est la femme qui créé avec ce qui l’inspire, à savoir avec tout ce qu’il se passe autour d’elle. Tout est dans le porté, dans l’attitude, dans l’inspiration du moment, dans la musique, le cinéma, l’art. Rarement accompagnée d’accessoires, ses vêtements et son odeur suffisent à l’habiller. La femme glamour est sensible, visionnaire, avec ce truc différent, son truc à elle, enviée secrètement. La femme glamour est jalouse et jalousée. C’est le lot de sa singularité…

Ses amis, parents, médecins affirment la connaitre sur le bout des doigts mais ils se contredisent souvent. En effet, cette femme entretient ce mystère, elle est tout ou rien, elle a compris que chaque personne est potentionnellement une mauvaise personne alors elle agit vite, sans trop se poser de question. Elle donne puis reprend tout. Elle devient méchante à l’occasion. C’est l’idée de la métamorphose.

Mais cette femme glamour, c’est une femme normale. Fuir la banalité est la normalité. Cette femme, c’est vous et moi. On est tout à la fois. Je suis une femme comme vous, je suis une femme que l’on croise tous les jours et que l’on remarque ou pas. Je suis sublime selon ma meilleure amie, envieuse selon ma sœur, insignifiante aux yeux de mon banquier. Mon identité, notre identité à toutes se construit puis se déconstruit à travers la perception de notre entourage, de nos élus, de nos intimes, pas toujours très tendre mais vivante. Notre portrait à toutes est confus mais attachant, peu importe la couleur de notre peau, notre orientation sexuelle, notre âge, notre poids, notre passé.

Dans cette nouvelle campagne dont le teasing se déroule en majeure partie sur leur page Facebook, Thierry Mugler célèbre toutes ces femmes que l’on incarne.

Et vous, quel est votre vision de la femme d’aujourd’hui ? 

Publié par

#SocialMedia #Rêves #Voyages #Entrepreneurship. Pour me contacter rdv sur Twitter @Laufromparis ou par mail à laupouliquen@gmail.com !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s