L’écume des jours

Vous saviez comme je l’attendais. J’en avais posté la bande annonce des mois avant. J’attendais le duo comme on attends l’émotion, je la recherchais, et j’en étais sûre, ce film, c’était la promesse de réussite. Il y a Romain Duris, l’acteur du premier post de ce blog, celui de l’Auberge mais plus récemment de Populaire, et sa scène, la plus belle avec Berenice Bejo, dans laquelle elle lui explique qu’il ne peut plus passer à côté de l’amour. L’Ecume des jours, c’était la valeur sûre, tant au niveau du casting que de l’incroyable Michel Gondry. Nous nous souvenons d’Eternal Sunshine…

Le jour de la sortie, j’ai embarqué mon vieux C. de toujours (on dirait), j’étais prête à pleurer, à vibrer. Je n’avais même pas lu le livre mais je connaissais le « moi aussi » qui a fait grandir Deedee (deedeeparis) grâce au site Human Love Stories.

(…) Je n’y ai pas ressenti la gaieté que j’aurais aimé y ressentir, je n’y ai pas ressenti la tristesse que j’attendais pour me consumer, je n’ai même pas souri. Comme une spectatrice non impliquée dans la magie, en totale absence d’empathie. Lassitude des actions exagérées,  des couleurs qui s’entrechoquent d’une vulgarité assommante.  L’ennui. J’attends la fin comme étouffée. L’étouffement est-il un sentiment ? Je me noie sous la vague Gondry qui engloutit l’ensemble des ingrédients qui compose un film : personnages, scenarii, émotions, acteurs, spectateurs.

– Et bien… dit Chick, je lui ai demandé si elle aimait Jean-Sol Partre, elle m’a dit qu’elle faisait collection de ses oeuvres… Alors je lui ai dit – « moi aussi… » – Et, chaque fois que je lui disais quelque chose, elle répondait « moi aussi » – , et vice versa… Alors, à la fin, juste pour faire une expérience existentialiste, je lui ai dit : – « je vous aime beaucoup » – et elle a dit : –  » Oh! »

MY INSTAGRAM / FACEBOOK TWITTER / PINTEREST

Publié par

Blogueuse Parisienne ex-expatriée à Hong Kong, je tiens ce blog lifestyle & voyage depuis 2014. Merci de m’avoir lu et n’oubliez pas de me laisser un petit commentaire ! Bisous ! Laura

2 thoughts on “L’écume des jours

  1. Il sera intéressant de comparer cette nouvelle adaptation de L'ÉCUME DES JOURS avec celle de Charles Belmont en 68, avec les très jeunes acteurs Marie-France Pisier, Jacques Perrin et Sami Frey. (Le DVD sort en octobre.)Sélection officielle au Festival de Venise 1968. Prévert en disait : "Belmont a gardé le coeur du roman, ce film est merveilleusement fait. En plus, c'est drôle !" Renoir : "Ce film a la grâce" En décembre 2011 Télérama: "Une comédie solaire délicieusement surréaliste. Adapter Vian ? un tabou dont Charles Belmont est joliment venu à bout". En juin 2012 Michèle Vian dans Le Monde : « C'est très joli. Charles Belmont avait compris quelque chose. Il était fidèle à l'esprit. Et la distribution est éclatante ». Et le Passeur critique le 24 avril 2013 : "Cette fraîcheur de ton offre au roman original la traduction à l’écran d’une fuite existentielle débordante de vie magnifiée par une bande son jazzy d’une élégance rare et d’un montage à son unisson. Élégant le film l’est tout du long dans un dégradé de nuances." On peut voir photos, extraits et avis critiques sur le blog : L'oeuvre du cinéaste Charles Belmont charlesbelmont.blogspot.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s