Réflexion sur l’image

 

Aujourd’hui, je vais te parler d’une conversation avec M., un ami avec qui chaque échange s’avère hyper constructif car très détaché des codes de la vie.

Ceux qui me connaissent personnellement peuvent avoir cerné chez moi la relation que j’entretiens avec mon image. Cela vient sans doute d’un manque terrible de confiance en moi enfant, adolescente, jusqu’à peu en fait. Ce n’est pas que j’ai pleinement confiance en moi aujourd’hui, mais à force de faire semblant d’être pleine d’assurance, j’ai réussi à croire en beaucoup de ce que j’aime et de ce que je suis.

La vie est trop courte pour s’emmerder avec l’image, tout le monde s’en fout, on n’est pas au spectacle. Et aujourd’hui, ça m’angoisse terriblement de regarder les gens se regarder. Mais le souci (nous y revenons toujours) c’est encore la société. Le monde se structure ainsi, mais on n’est pas obligé de suivre, la vraie vie, celle des émotions n’a pas besoin de tout ça. Et toutes ces marques, ces symboles d’hédonisme et de fraîcheur pour être mieux, grand, beau, séduisant, à l’aise, acteur, riche, drôle, intelligent, dandy, attrayant, fêtard, bon coucheur, bon joueur…

Ces marques croyant créer du bonheur savent-elle seulement qu’elles frustrent la moitié des queutards et atrocifient les rivalités féminines ?

Si je me sentais aussi bien dans un sens là bas, chez Disney, en Floride, c’est que je n’étais pas exposée aux marques, aux achats, à la publicité, ni même à l’actualité parfois. Je ne vivais que de voyages, que de la richesse de l’autre, j’aimais l’humain, il n’y avait rien d’autre. Même pas les fringues. Là-bas, je n’ai pas fait attention à comment je m’habillais. Au départ, je l’ai mal vécu, je n’avais pas l’impression d’être moi. Et puis, par expérience, je me suis peu à peu aperçue que les chaussures plates, le débardeur ou même l’uniforme jaunâtre n’ont rien changé de la perception des autres sur moi. Certes, ce n’était pas vraiment une démarche volontaire, mais au final, les gens me regardaient pareil, m’aimaient plus même, vraiment, et surtout je me regardais pareil. Et puis être finalement fringuée autrement, ça a m’a forcé à plein de trucs : le maintien de mon corps, beaucoup sourire, soigner les tous petits détails de mon apparence, être polie, m’ouvrir aux autres, bref, j’ai travaillé l’impalpable élégance.

Et c’était vraiment bien.

De cette impalpable élégance, Garance en écrit tout un post. Quand je parle d’aimer, que l’on soit clair, je ne parle pas de sentiment mais d’acceptation, d’ouverture à l’autre.

C’est fou comme il y a poétisation des choses avec du recul. C’est fou comme les événements prennent leurs vrais poids lorsqu’on les mâche dans le souvenir. J’écris beaucoup mieux sur la Floride depuis que je n’y suis plus.

Ce qui est hyper contradictoire avec tout ça, un peu mystérieux, c’est que je travaille dans la publicité. Je crois qu’en fait, c’est les deux opposés en moi qui s’attirent. Quitte à « souffrir » de la publicité, embrassons cette souffrance et tentons qu’elle ne soit plus.

Je ne sais pas pourquoi je vous ai raconté ça, je ne voulais même pas parler fringue à la toute base, je voulais parler d’image. Mais en fait, les deux sont entièrement liés.

Bref, ne fais pas attention à ton image, toi, fais ce que tu as envies de faire, toi, ou tu le feras mal, toi, en mettant un peu de « toi » là-dedans, toi, forcément.

Et vous, quelle relation entretenez-vous avec votre image ?

 

Publié par

Blogueuse Parisienne ex-expatriée à Hong Kong, je tiens ce blog lifestyle & voyage depuis 2014. Merci de m’avoir lu et n’oubliez pas de me laisser un petit commentaire ! Bisous ! Laura

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s