Amy Winehouse : Drugs are a losing game

Il était une fois une poupée trash de 27 ans. Il était une fois une référence musicale que la drogue aura tué. Il était 15h54 heure française quand les tabloïds ont relayé ce qu’une multitude de fanatiques redoutait. Entre Athènes et New York, elle titubait. Les Inrocks se sont présentés comme un coup de fouet, selon leurs dires elle était «totalement ivre, incapable de se souvenir des paroles des chansons comme des noms de ses musiciens » et elle « n‘avait visiblement aucune idée de l’endroit dans lequel elle se trouvait.»Amy, je ne l’ai jamais vraiment écouté, elle m’accompagnait simplement durant certains voyages en train alors que je me trouvais encore légèrement éméchée. Amy Winehouse c’était plutôt l’art de cultiver la différence. La confrontation du spectateur, du receveur à lui même et à tout ce qu’il a de plus normal face à ce monstre vocal. Un appel à son empathie, à sa propre lutte contre la destruction de cette frêle poupée aux poumons de chanteuse black affirmée.

Amy Winehouse, c’est l’histoire d’une gamine de 16 ans qui sort Frank, son premier album. Direct et entièrement autobiographique, c’est la naissance d’un style. Du «style» Amy. Une musique soul et une forte personnalité qui animent les foules… Amy Winehouse, c’est aussi le single Stronger Than Me pour lequel elle remporte en 2004 le Grammy Award de la meilleure chanson contemporaine et cette année 2007 où elle est élue la meilleure artiste féminine britannique de l’année.

Amy ou également l’histoire d’une femme amoureuse…D’un auto et formidable cataclysme toxique avec Blake Fielder-Civil, son époux…Une femme qui se laisse crever de l’intérieur avec cette même candeur passionnée que connaissent ces éternels épris d’absolu. D’impossible absolu parce que révolu. « Je suis inconsolable. Mes larmes ne sècheront jamais… Je n’aimerai jamais comme je l’aimais. Ceux qui me connaissent et connaissaient Amy savent la profondeur de notre amour. Je n’arrive pas à croire qu’elle est morte » a-t-il confié au Sun.
Et puis Amy, c’est une force faible, une dureté que l’on imagine obsolète. Une virilité de femme tendre. Des conneries, évidemment…

Parce qu’aujourd’hui, c’est dans son domicile du quartier de Camden, au nord de la capitale britannique, que la chanteuse a été trouvée morte aux environs de 16 heures. A 27 ans. Un nombre symbolique dans la mythologie pop/rock puisqu’il a emporté Robert Johnson, Janis Joplin, Jimi Hendrix ou Jim Morisson auparavant…

Moi, j’aime bien m’en souvenir avec cette chanson là : Love Is a Losing Game…

Publié par

Blogueuse Parisienne ex-expatriée à Hong Kong, je tiens ce blog lifestyle & voyage depuis 2014. Merci de m’avoir lu et n’oubliez pas de me laisser un petit commentaire ! Bisous ! Laura

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s